Preparation d’une 1303 en vue de la DDCup

“Quand on veut on peut” dit l’adage. Et ce proverbe est celui qui s’applique le mieux à cette aventure guidée par une envie (se construire une auto de course) et une réalité : une bande d’amis bien motivés. L’idée de base est simple : se faire une auto performante, sure en utilisant les compétences et les pièces qui traînent chez l’un ou l’autre et en partageant les frais annexes. Si ce type de projet commun est facile à élaborer en théorie, la pratique est toute autre, on a vu des amis de 30 ans se brouiller pour moins que cela. L’amitié est une vertu que nos protagonistes connaissent et utilisent avec franchise. Les lecteurs des forums de f4e peuvent le constater: que de projets pharaoniques qui n’existent que dans les forums, qui ne dépassent pas le stade de la théorie ou se font attendre depuis des années … Là, en moins de 6 mois, la GT 1303 RS est née […]

Accrocs de la Daily Driver Cup, l’idée de se faire une auto typée piste germait dans leur tête, mais chacun de leur coté. Puis vint le déclic. Lors d’une discussion informelle olivier “OliveRS” et Florent “Type11/Antirouye/Lozerifornia” évoquèrent leur envie d’une auto pour l’arsouille. Tout naturellement ils en parlèrent à Henri Pierre “dragstrip” et à Henri “Nostalgia” qui, n’hésitèrent pas une seconde à se joindre à ce projet. Amitié, pièces puisées chez les uns ou les autres, débrouillardise, coup de main, tout est enfin réuni pour réussir. Fin des paroles place aux actes !

Pour construire une auto il faut… une auto. Olivier trouva la base sous la forme d’une 1303, qui est pour la piste la base idéale, sa conception moderne et son train avant Mc Pherson étant bien plus efficace que l’antique train a barres. Une fois détaillée, la 1303 se révéla bien plus saine que son état visuel pouvait le laisser supposer. La Cox rapatriée dans les locaux d’STK (la division racing de Promecat), les discussions allèrent bon train sur les solutions techniques, le moteur et le look à lui appliquer.

Tant qu’à monter une Cox de piste, autant qu’elle ait de la gueule et soit originale sans tomber dans le travers des look à la mode. Lors d’une précédente sortie circuit, cette petite équipe fut impressionnée par la Porsche 911 GT3RS. Le projet fut alors immédiatement en GT1303RS, le concept de plus étant facile à réaliser: couleur blanche, parements rouges et bâtons des jantes de la même couleur. L’aileron “queue de canard” pris comme une boutade trouva naturellement sa place, un clin d’œil malin.

Sur la piste, le poids c’est l’ennemi n°1, et la chasse au kilo superflu rentre bien évidemment dans le cahier des charges. Exit les moquettes, ciel de toit, et autres garnitures inutiles. Les ailes sont en poly, et hormis le pare-brise, toutes les vitres sont en Macrolon. Les sièges d’origine, inconfortables et sans maintien sont désormais remplacés par un unique baquet. Une fois le programme minceur réalisé, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer. Inutile de mettre un gros moteur si les freins, le châssis et les trains n’ont pas été travaillés en profondeur.

Les amortisseurs d’origine ont été remplacés par des Koni sport, les moyeux avant ainsi que les étriers proviennent d’une Porsche 944, et les tambours arrières ont laissé leur place à des classiques mais efficaces freins de BX, spécialité de la maison Oldwagen. Les roues sont quatre cup, en 7X17, d’origine Porsche elles étaient installées sur une audi RS2. la barre anti-rapprochement est de fabrication maison, quant à l’imposant arceau de sécurité il est d’origine VW Cup. Le Train avant est monté rigide sur des bagues en Ertalon, ainsi que la barre stab . Tous les roulements, durites aviation, bagues sont neufs, ce qui nous semble une évidence mais ne l’est malheureusement pas pour tout le monde.

Des réglages de trains s’ensuivirent, typés pistes. Ils consistent en différentes valeurs de carrossage asseyant les roues, au détriment de la longévité des pneus. Il faut savoir ce que l’on veut, courir ou remplir son carnet de caisse d’épargne, dans ce cas se contenter d’un diesel reste la meilleurs des solutions. La peinture qui, normalement devait être appliquée par un professionnel le sera finalement par cette fine équipe, avec un résultat digne d’une voiture de course, et un concours de coulures. A ce petit jeu Henri fut déclaré champion, qu’il garde son job de gratte papier ! Pas de risques de Top Ten, ce qui en soi n’est pas le but recherché, seuls les podiums comptent.

La caisse de la 1303 étant finie, il était temps de s’attaquer au moteur. Je dois vous avouer que la configuration utilisée n’est pas des plus courantes. Olivier et Henri Pierre sont spécialistes des moteurs qui ne peuvent exister! A tel point que lorsque qu’ils expliquèrent leur montage à une “Légende Vivante” de ce type de blocs ils se virent répliquer “cela ne peut pas marcher”. Dommage, Olivier a donc un moteur qui ne marche pas malgré 50.000 kms parcouru avec. La mise au point fut toutefois laborieuse, nécessitant deux démontages et autant de réglages.

La fiche technique de notre 1303 vous informera des différents éléments montés dans le bloc propulseur. Le refroidissement se fait par une turbine Porsche d’origine RSR entièrement en magnésium. L’alimentation elle, est assurée par deux carburateurs Dell’orto de 36 bénéficiant d’une tringlerie Bugpack Hexa modifiée. Comme pour les trains, durites aviation, joints et autres consommables sont neufs ! Autre élément modifié : le levier de vitesse. Voilà le type même de délire né d’un pari qui voit sa réalisation aboutir, n’oublions pas que c’est l’idée même de cette auto ! Malgré son aspect prototype ce levier ne souffre d’aucune critique et ne sera pas qu’un coup d’essai soyez en certain !

Le grand jour arriva la 1303 quitta enfin son garage pour les premiers essais. Les freins nécessitèrent de nombreux réglages avant de trouver leur équilibre. Un moteur en rodage n’est pas le meilleur moyen pour essayer cette Cox en toute sérénité mais que nenni ! Entendre ce qui n’était qu’une idée il y a cinq mois est un plaisir immense. Bien sanglé en trois pouces (comme Ayrton) le moteur ronronne comme un gros chat. Embrayage, une légère poussette sur le levier et la première s’enclenche dans une fermeté inhabituelle. Le plus amusant c’est que vous arrivez sans trop forcer à faire patiner les roues, idem en seconde ce qui est une surprise. Inutile de se laisser griser par cette mécanique prometteuse mais pas encore rodée. Et dire que les carbus ne sont que des 36 !

Autre motif de satisfaction, le travail sur les trains roulant, trop souvent négligés. Rigide comme un procureur de province, le châssis ne bronche pas, se dirige au millimètre et permet des passages en courbe à des vitesses conséquentes sans la moindre amorce de dérive. Cet ensemble homogène est un régal, et nous attendons avec impatience la première sortie circuit afin de la brusquer comme elle le mérite ! Nos concurrents en Ddcup sont prévenus !

4 amis, 5 mois et moins de 2.000 euros auront suffi pour passer de la parole aux actes, pas besoin de fantasmer sur des trucs irréalisables, il suffit d’agir. Cette aventure pourrait en tenter certains ce qui est compréhensible, mais il faut relativiser. Pour arriver à un tel résultat nous bénéficions de sacrés atouts : un usineur fou, des pièces Porsche en quantité, un mois de travail à temps plein, des potes nous ayant aidé, de la place, de la chance, des épouses et petites amies (très) compréhensives, de la système D et une entente sans failles.

Paradoxalement, bien que conçue pour enrouler des virages sa première sortie post rodage a eu lieu pour les runs de Lanas. Quitte à faire des runs autant que cela soit sur 400 mètres. Bilan, un meilleur temps de 16″ tout rond avec une auto en pneus route, laissant pas mal de gomme sur le sol a chaque départ, un moteur de 1994 cc affichant moins de 400 km au compteur et un échappement street dévoreur de chevaux…. avant de se rendre la semaine suivante au Super VW National à Thenay.

Au moment où vous lirez ces lignes la GT 1303 RS aura encore évolué, après notamment son stage de mise en jambes à Lanas. Des baquets OMP évo, deux carbus IDF en 44 et prochainement des étriers Porsche / Brembo 4 pistons. Dans un futur proche : des trains de 944 ainsi que divers éléments en poly afin d’abaisser le poids actuel qui n’est que de 800 kgs. Tout pour la fonction rien pour la frime, seule la fonction prime, le reste n’est que fadaises.

GT 1303 RS technical data

Cylindrée 1994 cc (75*92)
Bloc / bas moteur AS41, piston d’huile modifié (16.8mm), vilebrequin VW sans contrepoids, rectifié excentré pour course de 75 mm, bielles Porsche 924 modifiées (re-baguées percées)
AAC Engle W120
Graissage Full flow avec pompe Shadeck, couvercle WPK et cartouche Golf 1, tole anti dégeaujage
Culasses 041 en 40*35.5 soupapes CB inox avec ressorts durs CB, usinage “radius”, coupelles chromoly, chambres optimisées, conduits alignés polis .
Distribution Tiges CB chromoly, rampes renforcées “maison”, culbus stock avec vis pieds d’éléphant style “porsche”, poussoirs Bilstein
Alimentation / Carburation Pompe a essence autorégulée Mitsubishi de 900 ZZR, régulateur / tampon King, , circuit nitrile Earl’s, carbus 44IDF avec cornets, filtres mousse ITG.
Tringlerie Mélange de Bugpack & CBperf adaptée pour turbine porsche
Allumage 009 avec bobine Valeo verte, bougies NGK BP6ET, faisceau Beru silicone
Refroidissement coiffe poly avec turbine 11 pales magnésium de 2.8 RSR avec sa sangle adaptée, radiateur Mocal dans la jupe AV, tuyaux et raccords Earl’s, poulie de vilo alu 135 mm “maison” avec étanchéité par joint spi
Echappement 4/1 avec silencieux Turbomuffler
Freins Av : porsche 944 , Ar disques VW modifiés etriers Citroen Bx, maitre cylindre gros diamétre “CUP”, circuit type “aviat”
Train AV Jambes de force modifiées (coupelle décalée) + ressorts courts avec limiteur de débattement + Koni sport porsche 924, bras et barre stab montés rigide (bagues Ertalon)
Train AR barre de rigidification “maison”, barre stab en cours, amortisseurs Koni sport .
Boite 8*35 stock, levier de vitesse STK à débattement réduit
Roues jantes CUP 7*17 en 225/50*17 AV et 245/55*17 AR
Divers instrumentation porsche (914 & 911), batterie dans le compartiment avant .
Intérieur / securité Arceau 7 points ex VW Cup, baquets Ektor, harnais 4 points Sabelt 3 “, extincteur 2Kg, coupe circuit avec tirette extérieure