Oldspeed : le Devin D

Depuis les années 50 et les premières exportations de Volkswagen, il y a toujours eu un trou dans la gamme dans le segment des petites voitures sportives dans le style des Austin Healey Sprite ou MG Midget mais basé sur des trains roulants VW. Bien sur il y a eu la Karmann-Ghia qui est sorti en fin 1955, mais cela ne répondait pas pleinement à ce besoin. De ce vide dans la gamme est née une demande à laquelle quelques sociétés en Europe (Denzel, Rometsch, Enzmann par exemple) ont répondu avec des carrosseries spéciales sur châssis mécanique et trains roulants d’origine VW.

Parmi les premiers à se lancer vers 1953 fut Bill Devin, proposant une coque légère ressemblant de loin à une Ferrari Monza (dont le dessin de la ligne bien proportionnée est dûe à Scaglietti) avec un nez plongeant des feux encastrés dans les ailes une bouche béante en forme d’ellipse et était destiné aux bricoleurs qui voulaient remplacer la carrosserie de berline par cette coque en fibre de verre directement boulonnée sur le châssis […]

devind01.jpg devind02.jpg

Cette conversion donnait un joli petit roadster prévu pour les beaux jours mais…pas complètement abouti. Il n’y avait pas de pare-brise ni même de capote et pour améliorer le comportement dynamique il était nécessaire de raccourcir l’empattement en découpant et ressoudant le châssis.

Devin C avec juste un saute-vent

Ces contraintes n’ont pas empêchées un très grand nombre de coques Devin d’être vendues. Mais l’idée continuait de se développer dans la tête de Bill Devin d’une version plus luxueuse et plus aboutie. Cela pris quelques années mais le résultat présenté recueilli un accueil franchement enthousiaste.

devind03.jpg devind04.jpg

Ainsi naquit le Devin D présenté dans cet article et qui retenait l’essentiel des lignes de la version originale. Les nouvelles lignes et la finition suggèraient une vraie voiture de sport et un prix en concordance… Au final on était maintenant loin du petit roadster dépouillé initial. On a maintenant une capote permettant d’affronter tous les temps et des rideaux de porte en guise de vitres sur les portes (comme sur le Speedster 356).

devind09.jpg devind10.jpg

devind11.jpg

La finition de l’intérieur avait énormément progressé pour une voiture de petite série. L’intérieur est désormais moquetté, les sièges sont des bacquets moulés rembourrés et habillés en concordance avec la couleur de la carrosserie. Les poignées de porte sont chromées. L’instrumentation de bord est entièrement d’origine VW, basique, avec un compteur de vitesse et les boutons, un emplacement est prévu pour un compte-tours à côté du compteur de vitesse.

devind12.jpg

D’autres éléments de la VW sont utilisés, comme le levier de vitesse, le frein à main, les commandes de chauffage…en fait le seul accessoire manquant est la radio, mais l’emplacement est prévu ! Le pedalier VW est également repris. Le coffre avant est globalement aussi “grand” que dans la berline, ce qui n’autorise pas un grand volume de chargement…pour un week-end tout au plus.

devind05.jpg

De l’autre côté le compartiment moteur présente pas mal d’espaces, plus que dans la VW et les changements de bougies en sont grandement facilités. Néanmoins la ligne descendante de l’arrière sans protubérance a nécessité une modification de l’admission. La pipe est retournée et passée derrière la turbine. Cette solution pratique ne nécessite que peu de travail et la seule contrepartie est la perte du réchauffage qui améliorait le temps de montée en température du moteur et empêchait le givre, mais Bill Devin dit qu’aucune difficultés n’a été reportée jusqu’alors.

devind06.jpg devind07.jpg

Le moteur de cette voiture de test était le nouveau 34 cv installé pour démontré son agilité et ses performances avec une motorisation bon marché. Les acheteurs du kit qui veulent économiser encore plus pouvaient insatller le pied moulé de 30cv alors que ceux qui voulaient plus de performances pouvaient demander à faire installer un moteur de 356 (Devin acheta plusieurs moteurs de 356 à Porsche pour la version la plus sportive de son Devin D… jusqu’à ce que Porsche refuse de lui vendre directement des moteurs neufs)

Mais la principale évolution est l’abandon du châssis VW de la première version du Devin. Dans la version D il est constitué de tubes de section rectangulaire en acier . Simple, rigide et léger…et surtout de conception très similaire à ce qui était la base du châssis des 356 !

On comprend mieux pourquoi ce roadster est souvent décrit comme Porsche-Devin, tant l’esprit de la 356 est présent dans sa conception.

Devin D

Les supports pour la boite d’origine et le train avant VW sont conservés mais les suspensions arrières se font par le biais d’une combiné ressort-amortisseur. Cette modification est une seconde amélioration majeure dans la conception du Devin D, ce qui lui procure un comportement digne d’une voiture de sport moderne (NDT : on est en 1962). Cette nouvelle disposition est remarquée et saluée par la presse comme Jerry Titus, Redacteur technique de “Sports Car Graphic” et un des principaux coureurs automobiles de la Côte Ouest, qui était complètement enthousiaste à propos du comportement routier du Devin D., son verdict “Excellent” pour le comportement et la maniabilité est une marque de distinction venant d’un expert.

devind08.jpg

Avec le moteur 34cv les performances sont dans les standards des petites voitures de sports. Avec un moteur poussé cela le met carrément au-dessus de la mélée et ajoute au facteur fun. Avec ses 600 kg, son poids plume donne un rapport poids-puissance plus qu’intéressant et à haute vitesse la ligne profilée payait. Le point limitant restait le régime moteur du bloc VW qui accouplé à la boite d’origine donnait une vitesse maxi de 130km/h.

Voici la liste des pièces VW qui viennent s’ajouter au kit: Moteur, boite, train-avant, volant, colonne et boitier de direction, réservoir, batterie, essuie-glaces, klaxon, instruments, levier de vitesse, frein à main, roues, freins et pneus. Le kit comprennait la coque avec les feux, clignotants et phares, le chassis, le pare-brise, les rideaux de porte, le faisceau électrique.

Devin disait que 2 personnes disposant de toutes les pièces pouvaient assembler la voiture en une journée.

Données techniques 1962 :

Le prix de base du kit était de $895 à $1495 (hormis tous les éléments mécaniques à récupérer sur une VW)
Prix de la version présentée : $2995 (avec tous les composants mécanique neufs et les roues de 13 pouces)
Prix de la version moteur Porsche 356 : $3350

Accélération 0 à 100 km/h : 16.9s (VW 1200 34cv)

Aujourd’hui quelques Devin D refont surface et sont restaurés aux Etats-Unis par des amateurs de course. Il y malheureusement peu de chances d’en trouver un en Europe…quant à pouvoir l’homologuer en France cela paraît quasi impossible et c’est bien dommage !

devind13.jpg

Source : Volkswagen Handbook, Hot-Rod Magazine Technical Library (c) 1963 Petersen Publishing

Pour en savoir plus : http://www.devinspecial.com/