Jump to content

Repeindre des jantes Fuchs


Pleviez
 Share

Recommended Posts

Les jantes Fuchs sont apparues en 1966, avec la Porsche 911S 2 litres et leur production en grande série a perduré jusqu'en 1989. Les qualités de ces jantes résidaient dans leur légèreté et leur solidité, grâce à un procédé de forgeage de l'alliage, associé à un dessin devenu intemporel.

Faciles à trouver sur le marché de l'occasion, leur cote ne se dément pas, mais leur état peut-être très variable, avec des coups de pierre, des rayures et bien entendu une peinture en mauvais état. D'où l'intérêt de les repeindre pour leur redonner l'allure du neuf !

unrestoredfuchs.jpg

Avant de peindre, on se préoccupera d'abord de faire disparaitre les rayures, coups et autres accidents de la vie que nos Fuchs ont subies au cours de leur (longue) vie. Polissage, polissage satiné, chromage ... toutes les finitions sont accessibles, soit avec de l'huile de coude, soit en faisant effectuer ce travail chez un spécialiste du traitement de surface.

Nous partons sur une finition "polissage satiné" qui est la finition se rapprochant le plus de la finition anodisée de la jante Fuchs d'origine. Compter 70 euros par jante pour ce type de travail chez un pro, cabochon inclu.

restoredfuchs3.jpg

Concernant la peinture, deux écoles :

- le masquage des parties polies au ruban adhésif

- le remplissage de peinture de la zone à peindre

C'est cette seconde méthode que nous allons décrire. En effet, le masquage au ruban adhésif se révèle fastidieux et au final il est extrêmement difficile de garantir l'uniformité du masquage au même niveau sur les 5 branches et sur tout le pourtour de la jante.

masquage_non.jpg

Tant qu'à restaurer la jante, autant lui offrir une finition parfaite !!

Pour notre méthode, nous allons donc masquer l'ARRIERE de la jante, avec du scotch d'emballage large.

masquage_fuchs.jpg

Une fois que l'on a vérifié que tout est bien étanché (n'oubliez pas de boucher l'emplacement de la valve si vous peignez la jante nue), on place la jante sur une bassine du bon diamètre et l'on vérifie la parfaite horizontalité de l'ensemble à l'aide d'un niveau.

bassine_fuchs.jpg

niveaufuchs.jpg

Une fois que la roue est parfaitement positionnée et bien calée, nous commençons à verser très délicatement et TOUT DOUCEMENT notre peinture. Nous avons retenu une laque mate à l'huile (glycero), en raison de son excellente adhérence sur les métaux, de sa résistance et de sa relative rapidité de séchage. On verse donc la peinture jusqu'au niveau retenu pour la limite peinture/métal nu.

fuchs_paint.jpg

On laisse reposer la peinture 3 ou 4 minutes, puis avec une longue lame de cutter, on va percer délicatement le ruban adhésif au centre des ouvertures de la jante entre les branches, pour que la peinture coule dans la bassine. On prendra bien soin de procéder tout doucement, afin de ne pas créer de variation du niveau de la peinture, sinon tout est à refaire !

fuchs_vidage.jpg

On laisse s'écouler la peinture dans la bassine et une fois que tout s'est écoulé, on ôte par enfoncement l'essentiel des adhésifs restants afin d'évacuer tout résidu de peinture liquide. Au bout d'une dizaine de minute, la jante est manipulable. On nettoie les traces de peinture sur l'arrière de la jante avec un peu de dissolvant.

fuchs_finie.jpg

On récupère la peinture de la bassine pour faire les autres jantes et autant de fois que l'on a de jantes à peindre !

fuchs_detail.jpg

La finition est superbe, les lignes sont parfaites, les niveaux de peinture sont homogènes sur chaque branche, il n'y a pas ces désagréables petits effets "dent de scie" que l'on retrouve souvent au décollage du masquage et surtout on a utilisée une véritable peinture à l'huile, très résistante aux chocs et aux intempéries, par opposition aux peintures en bombe trop fréquemment utilisée pour repeindre les jantes à la maison !

Un dossier de Christopher RUNGE, adaptation Philippe LEVIEZ

Link to comment
Share on other sites

Quid de l'accroche de la peinture sur de l'aluminium poli (même légèrement satiné) ???

D'après l'article Saga de la jante Fush Part 2, il semblerait que les Deep pourraient poser problèmes.

En effet, comment faire s'écouler toute la peinture alors que les trous d'évacuation sont plus haut que les points les plus bas à peindre dans la jante ?

Avec une seringue?

Link to comment
Share on other sites

En revanche est-ce que celà marche aussi bien sur les Fuschs un peu plus "profondes"?? Le fond du voile étant légèrement plus bas que les trous entre les branches, ne risque-t-il pas d'y avoir trop de peinture restante ??

Tu as tout à fait raison, Denis.

Avec les Deep, il va rester de la peinture dans le creux, une fois que l'essentiel de la peinture aura coulé par les ouvertures centrales.

6x15_diff_3.jpg

A ce moment, il faudra très précautionneusement incliner la jante pour que la peinture restante s'évacue par le trou de la valve.

Ca implique évidemment de travailler sans pneu monté mais dans l'absolu, je n'imaginais pas personnellement faire ce genre de boulot sans démonter les pneus...

ano_deep.jpg

Link to comment
Share on other sites

Superbe technique!

Ou pouvons nous trouver cette peinture?

"Avec les Deep, il va rester de la peinture dans le creux, une fois que l'essentiel de la peinture aura coulé par les ouvertures centrales.A ce moment, il faudra très précautionneusement incliner la jante pour que la peinture restante s'évacue par le trou de la valve" n'y a til pas de risque de coulures pendant l'inclinaison?

Pour effectuer cette opération sur des jantes répliqua de chez flat4 faut poncer avant d'appliquer la peinture, cela va t'il accrocher si l'on laisse le polissage d'origine?

est ce applicable aussi pour les 4.5 en deep?

Merci d'avance de votre réponse

Link to comment
Share on other sites

Pour effectuer cette opération sur des jantes répliqua de chez flat4 faut poncer avant d'appliquer la peinture, cela va t'il accrocher si l'on laisse le polissage d'origine?

Il est évident que sur des jantes chromées ou polies, le risque d'accrochage est moindre que sur l'anodisation d'une vraie Fuchs ou une polie satinée... pensez à bien dégraisser la surface au trichlo ...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Petite précision quant à la peinture utilisée, vous avez été nombreux à revenir vers moi au sujet de la "peinture mate émaillée" citée... en fait il y a un abus de langage (pour ne pas dire erreur de traduction de ma part) autour du terme "black satin enamel paint" utilisée par l'auteur anglais initial de l'article.

En fait, une véritable peinture émaillée est cuite au four. Dans le cas de ce qui est proposé ici, on ne passe pas par cette étape. La traduction de "enamel paint" est en fait "laque" ou "peinture à l'huile" conventionnelle.

Ce qui se complique, c'est qu'avec les nouvelles normes environnementales, on parle maintenant plutôt de peintures glycéro (diluant pétrolier) ou acrylique (diluant aqueux), les deux pouvant être mates, satinées ou brillantes ... et donc le terme "laque" pouvant se retrouver dans les deux cas !

Pour faire simple, il convient donc d'utiliser une "glycéro" pour métaux ... et après un dégraissage en règle au trichlo, l'accrochage sur nos Fuchs sera parfait !

Merci et à bientôt !!!

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

Bonjour Philippe,

Merci pour le tuto de cette méthode, c'est très ingénieux !

Si j'ai bien compris, le simple passage du trychlo est suffisant pour obtenir une bonne accroche sur une finition alu poli, c'est bien ca ?

Est ce qu'il n'y aurait pas un produit qu'on puisse verser dans la jante avant la mise en peinture qui "attaquerait" légèrement l'alu pour favoriser l'accroche ?

Merci d'avance pour ces précisions.

Seb.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

A la base, le principe est prévu pour les Fuchs d'origine anodisées. L'anodisation crée un état de surface propice à l'accrochage de la peinture. Une surface polie et à fortiori chromée est bien moins propice à l'accrochage d'une peinture, qu'elle qu'elle soit ...

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Microprix

    Mecatechnic

    Feller Service

    Speed Shop

    AG Syncro Boite Vitesse VW et Porsche

    Bug Art

    Serial Kombi

    Initial Cox

    Coxobus en Seine et Marne

    Rudy Olivenca Services

    Vintage Autohaus

    Mascotte Assurances

    Slide Performance

    Car Concept

    Bugs Are Us
  • Posts

    • J'ai deux cables dans deux gaines qui arrivent en cabine pour les starters de mes DRLA 36 C'est réglables avec des molettes de VTT (qui servent normalement à ajuster la tension sur les vélos) Mais je dois dire qu'il y a beaucoup de tirage ... des fois ça coince. Je ne m'en sert pas souvent .
    • Trouvé sur wikipedia;   Le système de récupération des gaz du carter moteur, ou en anglais Positive Crankcase Ventilation (PCV), est un système permettant d'évacuer les gaz de combustion présents dans le carter moteur. Principe[modifier | modifier le code] Les gaz de combustion s'échappent en petites quantités entre les pistons et les cylindres et arrivent dans le carter moteur. Sans système d'évacuation, ces imbrûlés se mélangeraient à l'huile moteur au point d'accélérer l'usure de l'attelage mobile ; de plus, l'augmentation de la pression du carter pourrait endommager les joints participant à l'étanchéité du circuit de lubrification. Le système PCV, souvent matérialisé par une vanne, dénommée « vanne PCV », extrait ces gaz qui sont ensuite acheminés vers l'admission pour y être brûlés. Sport automobile[modifier | modifier le code] Il arrive souvent que les véhicules préparés pour la compétition voient leur retour des gaz de carter vers le moteur supprimé. En effet, la présence de particules chauffées d'huile et d'impuretés dans un cylindre de moteur lourdement modifié peut induire des phénomènes de "ratés de combustion", comme un auto-allumage par exemple, causant alors des dégâts énormes souvent fatals pour le moteur. C'est là qu'intervient un dispositif appelé "Oil Catch Tank" (réservoir de récupération des vapeurs d'huile), qui récupère ces vapeurs échappées du carter d'huile pour les condenser et séparer l'huile de l'air, et ainsi éviter ce genre de désagréments.   Ce que j'en pense; Ce n'est qu'à partir des années 70 que l'on s'est préoccupé de recycler ces gaz. Au début, c'était "tout à l'égout" et sur la route, d'où la possibilité de cocher la case "chaussée grasse" sur les constats d'accident. Et il a fallu inventer les essences détergentes, car les gaz de carter encrassaient les carburateurs. Non, ces vapeurs ne servent pas à la lubrification du carbu. Sur les filtres à cartouche, on trouve un oil catcher, et les gaz sont filtrés par la cartouche;  sur les autres filtres, je ne sais pas. Sur les Volvo des années 60, on trouve la valve "Positive Crankcase ventilation". Mais comme dans le monde VW, on a des zazoumodificateurs-jesaistout qui la suppriment, et qui s'étonnent de voir leurs carbus dégueulasses. 😄
    • C'est cool tout ça !!! Attention avec les pipes Hi-flow cb Perf. La largeur du conduit principal est bien supérieure à celle d'une pipe d'origine. Elle peut venir en butée à l'intérieur des cornes. Problème au serrage, les cornes ne plaquent pas bien contre les culasses et se fissurent ou cassent. Quand à la mise en forme des tubes de réchauffage, c'est une misère !! J'ai commandé des tubes prévues pour une pipe pour carbu 32-36, c'est déjà beaucoup plus simple à adapter, même s'il faut encore se monter persuasif avec le marteau.  
    • Bonjour à toutes et tous. Le sujet aura peut-être déjà été évoqué encore qu'il me semble n'avoir rien vu sur les "oil catcher" récents. Ma question est: -"Est-ce que cela aurait un quelconque intérêt sur nos flat4 stock". J'avais lu des trucs sur l'aération des moteurs, branchement sur les caches culbuteur etc, mais rien sur ces "oil catcher". L’installation à l'air simple, à la portée de n'importe qui et la finalité du concept tout aussi simple. Récupérer des vapeurs d'huile produites et les amener vers un "décanteur" via le circuit de reniflard, les stocker, et quand il est temps, vider le bocal. Si j'analyse le circuit de nos moteur, ces vapeurs sont conduites vers le filtre à air, "traitées" par le zigouigoui en laiton et réintroduites (vidées de leur mayonnaise) dans le circuit admission. Me trompe-je? Sauf à penser qu'elles ( ces vapeurs) ne servent à rien d'autre et qu'elles sont retraitées dans l'admission pour ainsi éviter une pollution, ont-elles un rôle quant à la lubrification du papillon des gaz ou autre? Je pose la question.✌️😉✌️. Merci...
    • Progressif . Intéressé aussi... en lisant les posts flexfuel. Faudrait presque un truc sans fil autonome. Sur la cox faudrait passer une cable + gaine.. chiant. Loïc faisait mention d'un câble à  actionner en roulant.. mais par où passe-t-il ? Avec le starter des DCNF j'utilise la commande de répartiteur de chauffage à gauche du frein a main.    
  • Upcoming Events

×
×
  • Create New...