Jump to content

Widen Von Den Z

Members
  • Posts

    651
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

Widen Von Den Z last won the day on February 21

Widen Von Den Z had the most liked content!

Location information

  • Localisation
    Landes de Gascogne (40)

Converted

  • Professionnel de la VW ?
    NON
  • Newsletter F4E
    NON

Recent Profile Visitors

1,809 profile views

Widen Von Den Z's Achievements

My Aircooled cars

_20210918_200246.thumb.JPG.eb5cd788103fe86bb8c042005a1aa17c.JPGLe "Ptit Camion"

T2 Baywindow / 1976 / Moteur Type 4 de 2.0 litres / 22CJ / Boîte manuelle / Chassis 210000km  / Moteur environ 60000km / 

Véhicule familial utilitaire et de vacances depuis 1987, acheté à l'époque par mon père (qui en avait déjà eu deux autres avant celui-ci) au premier propriétaire qui s'en occupait parfaitement (rodage en règles et livret d'entretien tamponné tous les 5000km etc) , puis utilisé sans bichonnage excessif (tour d'Europe en 1991 / divers voyages entre temps avec caravanes ou remorques / transport de bordel en tous genre puisque la banquette du milieu a été retirée dès qu'on a commencé à l'utiliser pour charger les bagages et les vélos entre autres) jusqu'en 1993 où le moteur a chauffé et qu'une bielle fut coulée dans une montée en plein soleil , échange standard du moteur ,  puis encore des voyages et des transports divers et variés jusqu'en 1999 où il a été révisé , un peu restauré niveau carrosserie et peinture refaite , toit ouvrant "condamné" de façon temporairement définitive car il buvait l'eau par les joints et ne s'ouvrait presque plus.

Jamais d'accident à part une poutre qui a glissé du toit d'un véhicule freinant brusquement derrière et qui a traversé l'habitacle entre la vitre arrière et le pare brise..

Depuis cette époque on a été gentils avec lui parce qu'on avait d'autres véhicules pour faire son job , et après concertation avec les parents et mes 3 frère et soeurs , on était tous d'accord pour dire qu'on ne le vendrait pas et qu'il n'irait pas à la casse non plus , donc on lui a trouvé une grange à la montagne pour qu'il dorme tranquille après des années de bons et loyaux services.

Mais vers 2010 , un ami de mes parents savait qu'il dormait en attendant la suite de ses aventures , il leur a acheté , l'a emmené en Camargue en nous disant qu'il allait le restaurer et l'aménager en camping-van , et ne l'a jamais fait , même si je pense qu'il était de bonne volonté à cette époque.

En janvier 2020 , on avait la sensation qu'il était en train de mourir quelque part , mon père mon frère et moi l'avons racheté , la carte grise était toujours à notre nom , et on est partis en mission de sauvetage parce qu'on avait pas vraiment de nouvelles de son état. On savait juste que rien n'avait été fait depuis 10 ans et on ne savait pas comment il était stocké.

Sans surprise , on l'a retrouvé au fond d'un jardin , à moitié bâché et les pneus à plat dans la terre. Dans le compartiment moteur il y avait toujours le moteur mais sous une couche de 10cm de trucs que tous les animaux du coin avaient installé pour passer des jours heureux.. Je passe sur les détails du "comment on l'a chargé sur un plateau". On a pas pris le temps de prendre un café ou de discuter du pourquoi du comment...

Pas la peine de préciser que ce combi est une grande partie de notre enfance , et que malgré la peine que j'ai de le retrouver dans cet état , je suis bien heureux de l'avoir récupéré en un seul morceau. En ouvrant la porte , il avait toujours cette même odeur qu'il y a 10/20/30 ans , mélange subtil d'essence , d'huile et probablement des garnitures et autres composants de l'habitacle , et cette odeur m'a conforté dans l'idée qu'il n'avait pas fini de nous faire voyager. Le contenu de la boîte à gants n'avait pas bougé , entre autres une boite en fer avec des papiers , des objets et des souvenirs qui m'ont mis 20 ans dans la face. Assis derrière le volant , je me souviens que c'est le premier véhicule que j'ai conduit , alors que je ne touchais presque pas les pédales , et que mon père passait les vitesses pour moi parce que le levier était trop loin (et sans doute il tenait à garder la boîte de vitesses en bon état..)

De retour dans les Landes , je l'ai posé proprement à plat sur 4 traverses en bois derrière ma maison , bâché comme il se doit en attendant d'avoir une grange digne de ce nom et depuis , je bosse gentiment dessus dès que j'ai un peu de temps et qu'il fait beau. Et quand il fait pas beau je passe du temps à me documenter pour pas faire n'importe quoi..

-Nettoyage des araignées.

-Grattage des parties rouillées pour voir à quel point c'est rouillé (franchement , le sel de Camargue , c'est pas pire au final)

-Nettoyage du compartiment moteur.

-Vidanges huile et essence. Huile propre et quelques litres d'essence pour rincer le réservoir. Re-vidange essence.

-Changement filtres huile et air.

-Changement batterie , cosses et tresse de masse.

-Changement des câbles électriques rongés par les animaux. (Pourquoi les câbles électriques?)

-Changement faisceau de bougies + bougies.

-Changement des durites et filtres à carburants.

-Nettoyage et réglage allumeur et vis platinées.

-Changement du raccord en T de la mise à l'air.

-Changement des joints des tubes enveloppes.

Réglages approximatif des carburateurs parce que je suis pas garagiste donc j'ai pas un million d'outils , et comme il n'y avait pas de fuites apparentes , les joints sont probablement secs mais encore relativement fonctionnels...

Le moteur a tourné , ça fumait blanc-bleuté , j'ai bidouillé la richesse et le ralenti , mais j'ai pas insisté..

Démontage échappement et collecteur/boîtes de chauffage.

Et là , triste découverte , une bague de siège de soupape en deux morceaux dans le pot d'échappement. Vu de dessous , un siège de soupape éclaté dans la culasse . Aïe.

Donc je suis en train de descendre le moteur , jusqu'ici tout se passe plutôt bien. Petit clin d'oeil au passage à ceux qui écrivent dans leurs post "tombe le moteur c'est super facile il te faut une heure et tu pourra bosser plus proprement" Respect. Moi en une heure j'ai étiqueté les fils et débranché l'arrivée d'essence et le câble d'accélérateur environ...

Finalement, après demontage, j'ai retrouvé un quart de la bague de siège de soupape qui était passé dans la chambre de combustion du cylindre 4. Ce petit bout de ferraille a "un peu" abîmé l'intérieur de la culasse et la surface du piston...

Depuis, il y a eu quelques changements:

-Deux nouvelles culasses AMC

-Quatres cylindres et pistons creux Mahle

-Radiateur d'huile et joints

-Allumeur remis "à neuf" (vis platinées / condensateur / capsule de dépression / joint de pied et graissage de l'axe) 

-Sonde de pression d'huile

-Courroie d'alternateur 

-Nettoyage des carburateurs

-Joint de tube de remplissage d'huile 

-Joint de support de filtre à huile 

-Remise en état de tous les faisceaux électriques côté moteur

-Support de batterie en dentelle de rouille retiré et changé par une plaque d'acier 4mm faite sur mesure

-Changement feux arrière 

-Remise en état et antirouille de l'intérieur du compartiment moteur

-Isolation phonique/thermique du plafond du compartiment moteur

-Changement des clapets de chauffage

-Réparation des boîtes de chauffe 

-Nettoyage des tubes du circuit de chauffage (plein de trucs d'animaux dedans..)

-Remplacement d'une charnière et du joint de la porte du compartiment moteur

-Décapage et vernis antirouille sur les tôles moteur

-Plus quelques dixaines d'heures et quelques litres d'huile de coude pour toutes sortes de détails que je ne vais pas énumérer ici.. . 

Voilà , pour ceux qui ont eu le courage de lire tout ça , bravo et merci , pour les autres , à bientôt parce que je vais pas tarder à avoir quelques questions à poser. 

--- A Few Moments Later ---

Entre temps, il s'est passé quelques autres trucs:

-Changement du coude de remplissage du réservoir

-Réglage culbuteurs 

-Caches-culbuteurs et joints liège neufs (j'ai toujours pas testé les joints silicones..)

-Jantes décapées et repeintes intérieur et extérieur (+5 pneus neufs)

-Amortisseurs changés

-Tambours garnitures pistons et flexibles de freins arrières changés (+purge)

-Réglage du frein à main

-Démarreur changé (l'ancien était d'origine et avait pris "quelques" coups de marteau depuis 1976)

-Disques plaquettes et flexibles de freins avant changés. Etriers dérouillés et joints de pistons changés (+re-purge)

-Soufflets de cardans côtés roues changés (côté boîte, c'est d'origine, et c'est en bon état)

-Ampoules de phares jaunes changées et check de tous les autres feux

Au milieu de tout ça, des petits moments de bonheur quand par exemple, je viens de mettre des nouveaux essuie-glaces et que je me dis "Tiens il se passe quoi si je verse un peu de lave-glaces dans le bocal et que je pompe quelques coups pour mettre sous pression?" Je nettoie vite fait les buses avec une aiguille, je tire le comodo, et miracle, ça fonctionne! 

Bon, je sais bien que je vais devoir me faire pas mal de carrosserie, les marches pieds en dentelle, le bas de la porte coulissante avec la peinture qui bulle, quelques endroits où on voit à travers le plancher à l'arrière... J'ai de la chance, le châssis était tellement sale qu'il est resté en très bon état sous cette couche protectrice! Mais ce qui m'inquiète le plus, c'est de savoir comment je vais faire pour re-ouvrir le toit qui n'est plus ouvrant depuis qu'il a été scellé. Et dans quel état je vais trouver tout le système d'ouverture là-dedans?

En gros, j'avance doucement parce que j'ai pas toujours le temps de m'y coller, et que j'ai pas un budget infini.

Et puis même si j'avais un budget infini, je pense que je préfèrerai quand même faire un maximum de choses moi-même!

Un très grand MERCI à ceux qui ont répondu aux questions que j'ai posé ici, qui m'ont donné de bons conseils et qui m'ont permis de faire rouler le petit camion, parce que c'est pas seulement un gros souvenir ambulant, c'est aussi un rêve qui se réalise pour l'avenir!

:)

--- A FEW MOMENTS LATER---

Octobre 2021: Contrôle technique refusé pour cause d'essuie-glaces pas assez rapides... Et aussi pas mal de corrosion perforante sous le plancher de la cabine et arrière... Et aussi un peu de carrosserie au niveau des bas de caisse... Et aussi un soufflet de rotule de suspension avant déchiré... Ok.

On se colle deux ou trois sessions de soudure avec un pote qui a de quoi lever le camion, de quoi souder, et qui bosse mieux et 10 fois plus vite que moi. On coupe et on remplace les tôles ondulées du plancher par des bonnes plaques de ferraille de 3/4/5mm en fonction des endroits à traiter. Il me remplace le bas de caisse de la porte coulissante sans faire gondoler l'ensemble. On remplace une des tôles qui vont sous les bas de caisse. Son père me fait un réglage de l'angle du pied d'allumeur à l'oreille. On re-règle les culbuteurs au poil de millimètre. Je rentre chez moi avec un moteur qui tourne vraiment beaucoup mieux. Le bonheur.

Et quelques semaines après, un week-end avec mon père, on change les soufflets de rotules de suspension et des biellettes de direction. Non sans mal, c'est une galère mais on s'en sort honorablement.

Et puis l'hiver se passe, j'ai pas le temps de bosser dessus-dessous.

Début mai, mes beaux-parents sont à la maison pour une semaine, ils passent pas mal de temps avec notre fille, du coup j'en profite pour me jeter sous le bazar pour finir de souder les quelques trucs à finir pour que ce soit présentable au contrôle technique. Une après-midi couché sur le dos, avec le casque de soudure qui touche le châssis et les abdominaux en feu parce que j'ai pas de pont élévateur... Youpi!

J'arrive le lendemain au contrôle technique, sur le chemin j'ai un peu tordu les bras de balais d'essuie-glaces pour que ça appuie moins sur le pare-brise, juste comme il faut pour que ça fonctionne à la "bonne vitesse" ...

J'y croyais pas vraiment, et puis le type comprend bien que je bidouille pas du cache-misère au blackson pour le revendre dans deux semaines, je lui dit que j'ai les tôles de carrosserie à remplacer au niveau des marche-pieds, mais que j'ai jamais le temps de faire ça.

Et voilà, le mardi 3 mai 2022, j'ai eu la petite vignette qui m'autorise à rouler avec le petit camion en toute légalité!

Je sais bien qu'il reste encore beaucoup de boulot pour qu'il soit vraiment comme je l'imagine: pas tape-à-l'oeil mais parfaitement fonctionnel. En attendant, je peux encore tomber en panne pour diverses raisons pas encore toutes identifiées, mais je peux rouler avec et même si c'est toujours avec une grosse caisse pleine d'outils et de pièces de rechange, c'est déjà merveilleux!

Juillet 2022: Depuis que j'ai eu le contrôle technique, comme par hasard, j'ai une panne inexpliquée qui m'empêche de rouler plus de 20 ou 30km sans me retrouver sur le bord de la route avec le moteur qui ne veut pas démarrer tant qu'il n'a pas refroidi... Moi qui pensais pouvoir l'utiliser cet été, c'est pas gagné! Donc j'ai passé presque deux semaines pendant lesquelles ma femme et ma fille étaient chez mes beaux parents à chercher une solution. J'aurai préféré aller me balader et faire du surf, mais bon ça m'a permis de connaître encore mieux le petit camion. J'avais l'impression que c'était un problème d'allumage, mais comme on m'a suggéré diverses choses à vérifier, en l'occurence un problème de "vapor lock" j'ai commencé par revoir tout le circuit de carburant. J'ai passé des heures à tenter toutes sortes de trucs pour remettre en état la pompe à essence mécanique, j'y ai cru deux jours, et puis finalement je suis retombé en panne... Donc j'ai fini par renoncer à utiliser la pompe d'origine, que j'ai laissée en place en circuit fermé, et j'ai installé une pompe électrique, un gros filtre en sortie de réservoir et un régulateur de débit Filter King en amont des carburateurs. Et comme je veux pas me faire recaler au prochain contrôle technique, j'ai quand même pas été jusqu'à installer un relai avec une temporisation pour la pompe (ça me semblait être une autre possibilité de panne pour le futur) mais j'ai branché l'alimentation de la pompe sur le plus après contact sous le neiman, avec un interrupteur et un voyant pour la légende, et ça au moins, je sais que ça fonctionne et que je peux plus accuser l'alimentation en essence. Mais j'ai toujours pas trouvé le problème.. Je continue à chercher du côté de l'allumage, un faux contact, un fil qui fait pas son job, une cosse oxydée. Un détail sans doute. Mais un détail qui fait toute la différence! On me donne de bons conseils pour tenter d'isoler la cause de la panne, je vais rouler jusqu'à tomber en panne, et je prends des mesures de tension, je teste des trucs. C'est pour bientôt j'espère!

Entre temps, j'ai quand même avancé sur un truc important: le pare brise. Il y avait un joint vraiment mort, et forcément la tôle de la baie de pare brise était rouillée et trouée en dessous. Donc ça gouttait sous le tableau de bord... J'avais scotché un entonnoir relié à un tube qui remplissait une bouteille accrochée dessous, mais c'était pas une solution à long terme! Donc j'ai fini par retirer le joint et le pare brise, gratter toute la rouille pour réaliser l'ampleur des dégâts (...) et j'ai coupé tout ce qui était pourri, ajusté des tôles de réparation, soudé tout ça, meulé pour que ce soit aussi lisse que possible, poncé, mis deux couches d'apprêt et deux couches de peinture sur toute la partie blanche de la face avant, et on a remis le pare brise avec un joint neuf avec l'aide de ma soeur. C'était pas aussi simple que dans les vidéos, mais avec du liquide vaisselle, un fil nylon de débrousailleuse, un peu de souffrance dans les doigts et quelques gentils coups de maillet en caoutchouc sur l'extérieur du joint, ça a fini par rentrer et à être étanche! C'est plutôt satisfaisant :)

Dimanche 18 Septembre 2022, avec l’aide de Thomas, qui était curieux de voir le ptit camion et avec qui on devait aller surfer (avant que je ne tombe en panne à 200m de la plage..) on trouve finalement l’origine de la panne! Un coup l’essence arrive aux carbus, le coup d’après, rien… On secoue, ça redémarre. Bon. Quelque(s)chose(s) bloque(nt) la sortie de réservoir de façon aléatoire.
 

Le lendemain, lundi 19 septembre, je sais qu’il n’y a plus beaucoup d’essence dans le réservoir, il fait beau, je m’installe sous le bazar pour le vidanger. Je prépare une durite avec un pince dessus pour envoyer les quelques litres d’essence dans un jerrycan, comme chaque fois que je bidouille un truc sur la ligne de carburant, je m’attends à me faire couler un peu d’essence sur les mains entre le moment où je débranche la durite en place pour en mettre une autre. Sauf que là, quand je pose mon doigt sur le petit tube coudé de sortie de réservoir, un petit jet d’essence part sur les fils du démarreur qui se trouve juste à côté.

Et j’avais pas débranché la batterie: ça prend feu… Je gueule pour qu’on vienne m’aider. Je me dégage de là dessous en une fraction de seconde, je me déboîte l’épaule en arrachant le gros extincteur qui se trouve aux pieds de la place passager, je me remets l’épaule en place en posant l’extincteur sur le sol, je dégoupille et j’éteins les flammes sous le ptit camion, je vire les gros sacs en toile que j’avais mis là dessous et qui brûlent encore pour éviter que l’essence qui pisse encore ne s’enflamme de nouveau, mon père arrive, je lui laisse l’extincteur et je me jette sur la batterie pour la débrancher… Là, je roule sous le camion pour brancher la durite de siphonnage et faire arrêter le jet d’essence, et c’est seulement quand je vois mes mains que je prends conscience qu’elles sont salement brûlées parce qu’à aucun moment je ne me suis préoccupé de les éteindre… Le tout a duré une éternité, une minute sous adrénaline ça passe pas à la même vitesse. La suite, c’est un mois avec les deux mains dans des bandages, pas mal de visites à l’hôpital, et le sentiment que j’ai vraiment eu beaucoup de chance dans cette histoire, j’aurai eu de l’essence sur le visage ça aurait été autre chose pour le reste de ma vie. Là quand j’écris ça, on est fin novembre, j’ai les mains abîmées et encore douloureuses, mais c’est fonctionnel.

En ce qui concerne la panne, j’ai fini par couper une trappe d’accès au dessus de la sonde du réservoir, j’ai pu nettoyer l’intérieur qui n’était pas si sale, et sortir un petit écrou, quelques bouts de plastique et des lambeaux de caoutchouc… J’ai réparé les dégâts de l’incendie, nettoyé ce qui devait l’être, et par la même occasion, j’ai changé la sonde et réparé la jauge du tableau de bord, le réglage est toujours approximatif mais ça fonctionne enfin et je vais affiner ça en quelques pleins!

Au final, je ne tombe plus en panne sans comprendre pourquoi!

Et si tout se passe comme prévu, j’ai rencontré un gars très pointu qui connaît très bien ce moteur et que je devrais aller voir d’ici pas trop longtemps, et on verra si mes carburateurs peuvent être réglés correctement dans cette configuration d’origine ou si on doit travailler un peu plus pour que ça tourne rond!

Fin décembre 2022: 

Cinq heures passées au garage du gars qui connaît par cœur les VW refroidis par air… Et là c’est une résurrection! Ce moteur que j’ai tenté de régler depuis des mois (années) reprend son souffle, et ça change tout! Tout en finesse, on a déjà commencé par sortir l’allumeur et le mettre sur son banc d’essai (oui cette machine existe) pour nous rendre compte que quelque chose ne va pas. La capsule de dépression, que j’avais remplacée par la seule qu’on puisse acheter neuve, ne faisait pas le même effet que celle d’origine. Et par chance, j’avais acheté un allumeur neuf d’époque sur une bourse à Soustons, en pensant qu’il pourrait me servir en cas d’urgence, sauf que c’était pas le bon modèle. Mais la capsule était la bonne. Alors on l’a mise en place, et on avait le résultat attendu. Ensuite, réglage des carbus, de l’allumage, du ralenti, de la tringlerie et des petites biellettes. Et puis au final, ça n’avait plus rien à voir avec le réglage moyen que j’avais sur le trajet pour me rendre sur place. Clairement, j’ai eu beaucoup de chance de rencontrer ce gars, et qu’il puisse bosser sur mon moteur que je n’avais finalement pas trop dénaturé par rapport à sa configuration d’origine. 
Depuis, ça roule parfaitement, il reste encore beaucoup de boulot pour que j’arrête de passer autant de temps sur le ptit camion, mais au moins je sais que je ne suis plus en train d’user le moteur n’importe comment.

Entre temps, j’ai réglé ce problème d’odeur du chauffage: Oui, de l’essence suintait d’un joint à l’arrière d’un carbu, ça s’évaporait sur la pipe d’admission mais comme l’air du chauffage vient du compartiment moteur, forcément, c’était pas super agréable à respirer… en plus d’être très moyen niveau sécurité.

Quelques petites bidouilles, branché un chargeur usb, remplacé les vieilles durites craquelées par des tubes en silicone pour le lave glace qui pissait sous le volant, réglé un peu la pédale d’embrayage, et surtout, changé la barre coudée entre le boîtier de direction et le bras de renvoi des biellettes. Il y avait beaucoup de jeu, une des deux rotules proche de se faire la malle, et comme mon père me faisait trop souvent remarquer que la direction était vraiment floue et pas très rassurante (c’est pas son genre d’être inquiet pourtant) j’ai fini par inspecter tout ça, et ça en valait la peine. Je sais pas combien de temps cette rotule serait restée en place, mais j’avais pas du tout envie de le découvrir en partant tout droit dans un virage! 
40 balles et une petite heure pour remplacer ça, la tranquillité d’esprit pour si peu…

On se balade avec ma fille dans son siège à l’avant, parce qu’il n’y a pas de ceintures à l’arrière, et tant mieux car c’est le seul véhicule dans lequel elle puisse voir au dessus du tableau de bord, elle a compris qu’en poussant cet interrupteur vers le haut, on a de la musique :)

Et puis c’est pas un petit plaisir du week-end, je m’en sers comme on faisait quand j’étais petit: on charge les vélos dedans (et les planches de surf maintenant que je suis grand) mais aussi du bordel, des plaques de placo qui rentrent à plat, on roule en zigzag sur les petites routes nos têtes balancent de gauche à droite… Ça commence à ressembler à l’idée que j’avais quand je l’ai récupéré! Bon… toujours pas de toit ouvrant. Ça va venir…

 

Et un ami de mon père qui bosse comme ingénieur pour des systèmes de microscopes électroniques à fini par trouver le moyen de réparer l’horloge d’origine! Bon, si j’ai bien compris elle fonctionne avec les nouveaux composants qu’il a branché dessus, mais le gars n’est pas du genre bricoleur du dimanche, il va miniaturiser son système pour le réintégrer dans le boîtier d’origine. Wow!

Bon j'ai bien récupéré l'horloge, je l'ai branchée, elle fonctionne parfaitement, mais au passage, le boîtier en métal qui permet de la fixer derrère le tableau de bord a disparu... Je m'inquiète pas, il va réapparaître, quand le mec le retrouvera dans un coin de son atelier sans doute.

Fevrier/Mars 2023: Je me suis remis sous le bazar, d'abord pour remplacer tous les joints des tubes enveloppes parce que certains laissaient passer quelques gouttes d'huiles, sans doute parce que quand je les avais montés, je n'étais pas encore aussi pointilleux qu'aujourd'hui, et là, j'ai bien pris le temps de tout nettoyer parfaitement, de redresser les portées des tubes, de mettre des joints de qualité et de remonter ça aux petits oignons. Résultat ça ne fuit plus!

Et puis, tant que j'étais dessous, je me suis "un peu" attardé sur le système de chauffage. Et ça en valait la peine, parce qu'en plus de bien comprendre quel levier actionnait quoi, j'ai tout réglé pour avoir de l'air (vraiment) chaud là où ça m'intéresse le plus: derrière le pare brise et sur les pieds. Et après avoir bidouillé un peu, ça fontionne très bien! Pratique pour rouler sans buée...

Ensuite, j'étais en dessous alors j'ai vérifié mon réglage d'embrayage, qui finalement n'était pas tellement mauvais, puis j'ai inspecté tout ce qui était lié au freinage (rien à signaler de ce côté, ce qui est plutôt un bonne chose!) et puis dans la lancée, je me suis dit que cette pédale d'accélérateur qui couinait et qui ne revenait pas très bien sous le pied méritait une petite mise à jour. Donc j'ai sorti la barre/pivot/charnière à coups de chasse goupille, elle était vraiment moche, remis un ressort parce que l'ancien était cassé, j'ai vérifié et graissé tout le bazar relié au câble en dessous, j'ai même mis un petit soufflet et des mousses sous les pédales pour la légende... Et puis comme le tapis de sol était retiré, bah j'ai pas résisté à l'envie de décaper/traiter/repeindre tout le sol de la cabine qui était juste un peu piqué de rouille en surface. C'est beau, et personne ne verra ce magnifique travail parce que j'ai remis le tapis caoutchouc par dessus! Tout ce que j'aime. Comme à l'arrière...

Finalement, quand j'ai enfin eu le plaisir d'avoir des pédales agréables sous les pieds, forcément, je me suis dit que j'allais m'arranger pour rendre le passage des vitesses un peu plus doux aussi, et donc j'ai commencé à m'intéresser à la tringlerie qui se cache sous ce levier merveilleusement flou. Il a toujours été comme ça dans mon souvenir, et comme j'ai passé ces vitesses vers 14 ou 15 ans, bah ça fait plus de 20 ans que c'est flou. Alors sans rentrer dans les détails, avec 15 euros et quelques contorsions des doigts, j'ai pu changer une bague nylon à l'avant de la tringle et deux silent blocs dans le coupleur tringle-boîte, et après quelques essais sur route avec une douille de 13 pour bien placer la plaquette de guidage au pied du levier, j'ai réussi à faire quelque chose de très correct. D'ailleurs, quand mon père est passé me voir et qu'il a conduit, je crois qu'il a redécouvert une sensation qu'il avait probablement eue vers 1987... Non, pas cette sensation d'avoir mis au monde un être exceptionnel (j'avais 3 ans je devais être infernal), mais la sensation de conduire un véhicule fonctionnel, souple et plutôt bien réglé. Ok, peut-être un peu d'admiration à mon égard au passage...

Entre Mars et fin Mai 2023, la belle vie, j'ai profité du petit camion (presque) comme dans mes rêves, on a fait les fous, on a été surfer, transporté des machins, tout était parfait. Ma fille voulait "conduire" sur les chemins de forêt en écoutant Johnny Cash, faire des donuts sur les graviers, rouler dans les flaques en zigzags... Mais le 26 Mai, j'ai fini par craquer.

Déjà parce que j'en avais très envie, de pouvoir utiliser ce toit ouvrant, qui nous faisait tellement marrer quand on sortait la tête avec mes frères et soeurs et potes au risque de gober des insectes, qui pouvait s'entre-ouvrir pour avoir un peu d'air frais à l'arrière quand on cuisait en plein soleil, qui faisait partie du truc d'origine.

Et puis surtout parce que je savais bien que la rouille était en train de faire son boulot là-dedans, tranquillement mais sûrement, et que je ne voulais pas me retrouver à devoir changer tout le toit dans quelques années... Et encore moins le changer pour mettre un toit pas ouvrant sans doute.

Alors voilà, j'avais déjà retiré le ciel de toit, je savais à peu près à quoi m'en tenir, et j'ai coupé tout l'arrière du toit pour pouvoir accéder à ce tiroir dans lequel se glisse le toit quand il s'ouvre, et pouvoir opérer proprement.

Fin juillet, je vais avoir deux semaines seul, et ça fait trois mois que j'ai préparé tout plein de tôles que j'ai formées, des pièces pour remplacer les gouttières, les tubes d'évacuation d'eau, les angles avec des formes embouties improbables... J'éspère que ça va s'emboîter correctement, se souder sans catastrophes, fonctionner comme il faut, et puis je repeindrai ça du mieux que je peux pour que ce soit protégé et éventuellement joli, et si tout se passe bien, peut-être qu'on pourra commencer à faire un peu plus que des sessions de surf ou de travaux chez les potes?

 

_20210918_200246.JPG

DSC_9390.JPG

 

D1C8B68D-3356-4441-953E-CCB4E6A6E498.jpeg

8864C6C3-B909-4FE5-9019-ADAC6C80063C.jpeg

1CF6CAD3-4106-4E22-ACFA-82DA0F98990E.jpeg

×
×
  • Create New...