Comprendre et installer un allumage électronique

Ah le bonheur de nettoyer, régler l’écartement, remplacer les vis platinées, puis de reprendre le réglage de l’avance à l’allumage ! … L’installation d’un module “Allumage électronique” de type Ignitor ou Compufire permet d’évacuer ce problème, façon “Je le pose et puis j’oublie” mais permet également d’améliorer le démarrage à froid et le rendement du moteur à haut régime.
Nous allons voir comment, tout en survolant l’installation d’un tel Kit, qui prend environ 15 mn […]

Flashback sur le fonctionnement de l’allumage classique :

Batterie    Bobine    Condensateur  Vis platinées              Bougies

Le circuit primaire de la bobine d’allumage (bleu) est alimenté par la batterie ou l’alternateur. Il est mis à la masse par les vis platinées (ou rupteur). Le rupteur a pour rôle d’ouvrir le circuit primaire afin de couper le courant, ce qui provoque dans l’enroulement secondaire (rouge) une haute tension induite ( ~ 10 KV). C’est cette H.T. qui est envoyée à chaque bougie par le rotor du distributeur. La puissance disponible dans le circuit secondaire (et donc à la bougie) est fonction :

  • du courant dans le circuit primaire
  • de la rapidité d’ouverture/fermeture du contact rupteur (profil de came)
  • de la capacité du condensateur et du rapport de transformation primaire/secondaire.

Le système fonctionne globalement bien mais présente différentes faiblesses, localisées au niveau du rupteur :

  • Les contacts des vis platinées s’usent et l’écartement de celles-ci est donc à régler périodiquement
  • Risque d’arc électrique entre les contacts (brûlure, perte d’énergie)
  • Courant limité dans le circuit primaire
  • Durée d’ouverture/fermeture du circuit primaire en fonction du régime

L’allumage transistorisé

La première amélioration à apporter est donc d’épauler les vis platinées par un “interrupteur de puissance”. C’est l’adoption d’un transistor comme interrupteur rapide pour ouvrir et fermer le circuit primaire de la bobine. Le transistor est lui-même commandé par les vis platinées du rupteur grâce à un courant d’intensité très faible. Le principe de fonctionnement est fondé sur la capacité que possède le transistor d’intensifier le courant. A la fermeture des contacts du rupteur placé à l’intérieur du distributeur, un courant faible, d’environ 0,5 ampères, parcourt le circuit base-émetteur du transistor et permet le passage d’un courant plus intense (5-6 A environ) à travers le circuit collecteur-émetteur du transistor. Le courant qui traverse le rupteur commande un courant de plus forte intensité qui circule dans l’enroulement de la bobine d’allumage.

Avec ce système, on a éliminé tous les défauts engendrés par les rupteurs. On a même gagné la possibilité d’utiliser une bobine “haute puissance” (Flame Thrower, Blaster 2…) grâce aux possibilités d’augmentation du courant primaire. Reste le problème du contact mécanique des vis platinées. Ca s’use, ça s’oxyde, ça se dérègle …

L’allumage transistorisé n’est pas spécifique aux moteurs VWs et se trouve facilement dans tous les magasins d’électronique à un prix entre 30 et 40 Euros.

L’allumage électronique à capteur à effet Hall

Un capteur à effet Hall donne un signal lorsqu’ il détecte un champs magnétique ou une pièce métallique. La tension de Hall (du nom de celui qui remarqua le phénomène en 1879) est amplifié dans le capteur et permet d’attaquer le primaire de la bobine. Il offre également l’avantage de générer une coupure de durée stable, quel que soit le régime de rotation.

Le capteur à effet Hall offre pratiquement les mêmes avantages qu’un allumage à transistors:

  • Plus de vis platinées, plus d’usure, plus de réglages
  • Courant primaire plus élevé
  • Durée d’ouverture/fermeture du circuit primaire stable

D’une façon pratique, l’allumage électronique à effet Hall se présente sous la forme d’un disque (Compufire) ou d’une bague (Ignitor) comportant 4 aimants situés à 90° l’un de l’autre et du capteur proprement dit.

Avec ces avantages, on obtient une étincelle plus puissante à tous les régimes, avec notamment de meilleurs démarrages à froid, et une fois le réglage initial effectué, on n’y touche plus pendant des années. Le prix d’un allumage à effet Hall se situe entre 80 et 90 Euros.

L’installation d’un allumage à capteur Hall

Dans l’univers VW Aircooled deux produits se partagent principalement le marché Compufire et Ignitor. Très proches l’un de l’autre tant par la simplicité d’installation que par leur prix ou leur fiabilité, il est difficile de les départager.

Alors pour ne pas faire de jaloux, nous vous présentons le schéma d’installation du Compufire et d’un Ignitor. Des versions sont disponibles pour les allumeurs origine à dépression et pour les allumeurs de remplacement (009, 050). Pensez à le préciser lors de votre commande …

Installation de l’Ignitor et du Compufire

On dépose l’allumeur et on démonte vis platinées et condensateur. Il est opportun de faire une marque sur l’allumeur et le carter pour repérer sa position, en vue du remontage.

IGNITORLe capteur et l’anneau aimanté en place (avec sa cale distance) COMPUFIRELe capteur Hall du Compufire

IGNITORL’allumeur remonté, on voit le capteur Hall et l’anneau aimanté sur l’axe COMPUFIRELe disque et ses 4 aimants viennent au dessus du capteur

On repose l’allumeur sur le moteur, en veillant à le positionner correctement, on cable les deux fils en respectant scrupuleusement les instructions de la notice de montage, et l’on procède à un réglage DE-FI-NI-TIF de l’avance.

Vous voici dorénavant parti pour des démarrages au 1/4 de tour au petit matin, une VW plus souple à bas régime, consommant peut-être un peu moins, avec une diminution des rejets polluants, tout ceci grâce à la disparition des vis platinées !