Carrosserie spéciale: le Coupé Gebrüder Vergo

Durant les années 50, nombreux sont les carrossiers qui tentèrent de construire des voitures à l’allure plus séduisante que la Cox en greffant sur sa plate-forme des carrosseries sortant de leurs ateliers. Si les plus célèbres comme Dannenhauer & Stauss, Denzel ou Romtesch sont passées à la postérité, d’autres ont sombré dans l’oubli au bout de quelques exemplaires. Aujourd’hui, nous vous présentons le coupé Gebrüder Vergo une réalisation d’origine Suisse de la fin des années 50. Attention, avec le Gebrüder Vergo , vous entrez dans un monde qui tient autant de James Bond que de Star Trek …

 

Tout d’abord, nous ne le dirons jamais assez, les Membres de Flat4ever.com sont formidables… C’est à l’un d’entre-vous que l’on doit cette découverte, au hasard de son travail. Ce rare coupé Gebrüder Vergo se trouve en France, dans le garage d’une de nos Administrations depuis de longues années.

L’histoire de cette voiture est tout autant extraordinaire que son look ! Cette voiture servait en fait à la contrebande de pièces détachés automobiles et surtout des roulements à billes de camions, à une époque où les droits de douanes étaient plus élevés qu’à l’heure actuelle. Elle a été saisie en 1959 !

La cache aménagée présente sur ce coupé est très surprenante puisque aux quatre coins du véhicule se trouvent 4 vérins qui soulèvent le châssis sur une hauteur d’environ 40 cm révélant les marchandises de contrebande. Le tout marche sur le circuit de 6 volts. et malheureusement le branchement d’une batterie 12 V a grillé une partie du système de levage qui est désormais obsolète.

Sorti de cet aspect pour le moins étonnant, le look du coupé Gebrûder Vergo ne l’est pas moins ! Les lignes sont tendues, à mi-chemin entre la Renault Floride et la Karmann-Ghia. Le plus étonnant est la cellule vitrée avec ses portes papillon, façon Mercedes 300 SL et sa lunette AR qui fait penser aux yeux globuleux d’une mouche ! Assurément, le coup de crayon qui a donné le jour à cette voiture est pour le moins audacieux !

A l’intérieur, c’est moins audacieux, et pour ainsi dire très décevant. On est dans une stricte deux places, le tableau de bord est d’une pauvreté affligeante au regard de ce que proposaient les Ovales de la même période… Il est vrais que cette production devait rester au stade purement artisanal. On le voit également assez nettement au niveau des charnières de portes, saillantes sur le toit. Ligne audacieuse, mais finition artisanale

Coté châssis, cet exemplaire présente d’importants renforts réalisés de façon à pouvoir supporter le poids important des pièces détachées automobiles qu’il transportait dans sa cache. Peut-être dans cette optique de transport de lourdes pièces, on s’aperçoit que la carrosserie est réalisée en aluminium… De là à imaginer que cette voiture a été conçue de A à Z pour la contrebande, il n’y a qu’un pas qu’il est facile de franchir…

Au delà de cette histoire exotique, il est intéressant de noter une particularité mécanique de cette voiture. Le carburateur et la pipe d’admission sont inversés par rapport à la “normale” pour se retrouver sur l’arrière de la turbine. Sans doute pour un problème de place et de hauteur pour le filtre à air …

Comme quoi, les trouvailles originales ne sont pas l’apanage des seuls Allemands, Anglais ou Suisse ! L’Hexagone nous livre encore une sacrée surprise avec cette étonnant coupé… Peut-être qu’en fouinant vous aussi près de chez vous ou de votre boulot …