Le remplacement des rotules de suspension

Le changement des rotules de suspension fait partie des opérations d’entretien classiques de votre auto . Avec le temps celles-ci peuvent soit prendre du jeu, soit au contraire se gripper si on a oublié de les graisser ou si l’eau a pénétré par un soufflet détérioré. Le bon état des rotules conditionne non seulement le bon fonctionnement de votre suspension avant, mais représente également un primordial pour la sécurité […]

Le cobaye ayant servi à la réalisation de cette étude a consisté en un buggy beaucoup plus accessible, mais la procédure est bien entendu valable pour tous les train à rotules.

Mode d’emploi en 1 H chrono

Une fois la roue déposée, il faut commencer le démontage du bras de suspension. On ne touchera pas au tambour qui restera solidaire de sa fusée

On commence par un bras inférieur et donc par défaire les agrafes des silent-blocs de barre stabilisatrice au moyen d’une pince + marteau burin, puis on dévisse l’écrou de la rotule . L’occasion faisant le larron c’est peut-être l’occasion de remplacer les silent-blocs de barre stabilisatrice …

A l’aide d’un arrache rotules, sortir la rotule de son logement dans la fusée, démonter également la fixation inférieure de l’amortisseur .

A l’aide d’une clé Allen et d’une clé de 19, débloquer le contre écrou puis dévisser la vis pointeau des lames sur le bras. Dégager la fusée vers l’extérieur, de manière à pouvoir “libérer” le bras. Attention, les lames vont avoir tendance a se “détendre” vers le bas d’un coup, ne pas laisser les doigts n’importe où ! Je pense à vos petits doigts…

Et voila notre bras de suspension libre et déposé. C’est également l’occasion de le nettoyer: ça ne coûte pas beaucoup plus cher et c’est toujours plus agréable que de bosser sur 30 ans de graisse de poussière.

A la presse sortir la vieille rotule, parfois il est nécessaire de s’aider de dégrippant et il n’est pas rare de devoir la sortir “en morceaux” ici, il s’agissait d’une rotule “d’époque” encore munie de son graisseur sur le dessous. Attention en cas de chauffe au chalumeau (pour débloquer les récalcitrantes) de ne pas créer de point de “trempe” qui déformerait le bras. Attention également pour les bras supérieurs, lors du démontage, il faudra repérer la position de l’excentrique de réglage, soit par un “trait de scie” soit au marqueur en ayant nettoyé au préalable. Il est préférable de laisser cet excentrique monté sur la fusée lorsque c’est possible afin d’éviter de dérégler la géométrie, même si il est grandement conseillé de la faire vérifier après ce type d’intervention.

Après nettoyage du bras, on peut apercevoir le repère (encoche) sous le bras, repère qui sera aligné avec celui de la rotule neuve lors du remontage .

A l’aide de cales, positionner la rotule neuve dans son support, puis a l’aide de la presse, enfoncer légèrement la rotule tout en veillant à ce qu’elle rentre bien “droite” .

S’aider de vieilles entretoises (en alu si possible) pour ne pas appuyer directement sur l’embouti de la rotule, pour ne pas risquer de l’endommager. On y est presque !

Enfoncer la rotule jusqu’au fond de son logement, attention, d’un coté du bras on aperçoit encore l’épaulement de la rotule, c’est normal, le bras ayant une légère “courbure” .

Et voila notre bras avec sa rotules toute neuve, prête pour le remontage !

Remonter le bras de manière inverse du processus de démontage, en prenant soin de re-graisser le train AV via les petits graisseurs situés sur l’AV du corps du train. Vérifier également l’état des joints entre le bras de suspension et le corps de train avant et remplacez les en cas de doute.

Ouf, et d’une, allez plus que les 3 autres a faire !