Importation de sa VW des USA

L’ importation des USA d’une VW ou d’une Porsche est devenu pratique courante depuis quelques années. C’est vrai que la Californie (principalement) regorge de merveilles globalement bien protégées de la corrosion grâce au climat semi-désertique du sud de cet état. La tentation est donc forte d’acquérir une Cox, un Combi, un Buggy « turn key » prêt à rouler, plutôt que de passer des années à restaurer une voiture, avec une issue parfois incertaine. Dernier argument : le prix. Le taux de change entre l’euro et le dollar oscille depuis 2009 entre 1.28 et 1.50 dollars pour 1 euro, ce qui est clairement favorable pour nous autres européens, même si le change est moins favorable ces derniers mois.

39178.jpg

Importer soi-même un véhicule des USA

A moins que vous ne soyez un spécialiste du commerce international, attention à la complexité administrative, qui n’est pas que l’apanage de la France. Même la maîtrise parfaite de l’anglais ne pourra pas vous l’éviter et la distance reste un obstacle majeur pour régler les problèmes. …

Les principaux risques observés lors d’une importation individuelle

1. Vous devrez envoyer de l’argent aux USA sans connaître le propriétaire du véhicule, et donc sans aucune garantie.

2. Ensuite, il vous faudra choisir un transporteur américain qui acheminera votre véhicule par voie terrestre chez le transporteur maritime, situé parfois à des centaines de kilomètres.

3. Comme ce dernier doit prendre en charge le dossier d’importation dans toute sa complexité, juste pour un seul véhicule, il couvrira ses frais en vous facturant au prix fort la moindre démarche.

4. A l’arrivée, la belle voiture qui brillait sur les photos du vendeur n’est pas aussi formidable qu’il voulait bien le prétendre. Elle ne passe pas le contrôle technique, elle est truffée de mastic et tourne sur 3 cylindres …

5. En pratique, vous n’avez aucun recours possible si la voiture qui arrive ne correspond pas à celle attendue…

39177.jpg

Nous vous proposons donc de détailler le plan de route dans le cas d’une acquisition réalisée via un intermédiaire, solution la plus répandue.

A) Le choix de votre future VW :

Ca peut paraître ballot, mais la première chose à faire est de choisir la voiture que l’on veut acheter. Vous pouvez fouiner les sites d’annonces spécialisés ou sur les sites des professionnels locaux pour trouver la voiture désirée. La première chose à faire est de vous faire envoyer de nombreuses photos de détail, et ne pas vous contenter de celles proposées par le vendeur. Sans forcément être dissimulateurs, les américains ont un sens du commerce aigu. Ne vous contentez pas de photos d’ensemble prises à 5 m., refusez les photos floues, demandez des photos spécifiques des points que VOUS voulez voir, etc … C’est aussi un bon indicateur de la bonne foi du vendeur, si il ne rechigne pas à vous fournir ce que vous demandez. N’hésitez pas à utiliser votre téléphone également, la plupart des forfaits actuels incluent les appels gratuits vers les USA… il est loin le temps où c’était « 30 francs la minute » !

Mais malgré toutes les photos que vous fournira le vendeur, vous n’aurez pas vu, senti, entendu, essayé ni roulé avec cette voiture. Vous n’aurez pas le « feeling » de conduite. C’est là qu’il devient intéressant de faire appel à un consultant local qui ira expertiser la voiture pour vous.

En effet, un des plus grands danger qui guette le passionné désirant acheter une VW de l’autre coté du monde est d’idéaliser sont futur véhicule face à de belles photos et au discours du vendeur le mettant en valeur et de perdre l’objectivité nécessaire pour conclure un tel achat … d’où l’intérêt de faire intervenir une tierce personne extérieure à la transaction.

39176.jpg

Ce « consultant » local prendra ses propres photos et celles que vous demanderez, vérifiera les éventuelles épaisseurs de mastic, le fonctionnement du moteur et vous transmettra un rapport d’expertise détaillé, ainsi que son expérience de roulage avec le véhicule. Il s’assurera également que les papiers du véhicule sont en règle et ne poseront pas de problème à l’arrivée en France. Vous pouvez également charger ce consultant local de faire une recherche de voiture pour vous. Il connait généralement bien le parc de voitures sur son secteur et vous proposera différentes voitures correspondant à votre recherche, car il est bien connu que les « bons plans » n’atteignent que rarement le stade des petites annonces !

Ces prestations sont évidemment payantes, mais c’est un plus indéniable pour éviter les déceptions, quand on sait que les photos ne laissent voir qu’environ 10% des défauts d’une voiture !

Important : ce consultant ou expert local doit être crédible. Il faut faire la part des choses entre un consultant sorti de nulle part et un consultant qui a une expérience avérée ou une notoriété dans la VW. De la même façon, il faut différencier le consultant qui a sa propre entreprise avec pignon sur rue et celui qui fait ça pour arrondir ses fins de mois. On ne joue pas dans la même catégorie…

B) La transaction :

Ca y est, vous avez jeté votre dévolu sur une voiture, vous êtes tombé d’accord sur le prix avec le vendeur. Il faut maintenant payer ce dernier.

39175.jpg

Vous pouvez lui faire un virement bancaire SWIFT, il recevra l’argent sous 5 jours. A noter que votre banque prélèvera 1 à 2% de « frais » sur le montant total du virement. Dans le meilleur des cas, tout se passera bien avec le vendeur de la voiture, dans le pire des cas, vous n’entendrez plus parler de lui et vous aurez fait une croix sur votre argent. C’est vrai qu’envoyer une importante somme d’argent à un parfait inconnu est un pari assez risqué !

Là encore, vous pouvez vous appuyer sur le consultant local qui va sécuriser la transaction. Vous lui envoyez l’argent à lui, et il va se charger de valider la transaction avec le vendeur et vous remettra soit une facture (INVOICE) soit un reçu de vente (BILL OF SALE). La plupart du temps, le consultant local prendra en charge le véhicule dès la transaction effectuée.

C) Le transport terrestre :

Vous avez payé la voiture au vendeur, vous voici propriétaire de votre nouvelle VW ou Porsche ! Ceci dit, il reste à l’acheminer jusqu’au port le plus proche pour le transport maritime. Avec un peu de chance, la voiture est à proximité d’un port (Long Beach en général pour la Californie) mais elle peut en être éloignée : la Californie c’est grand et vous pouvez aussi avoir acheté la voiture dans un autre état. Un transport terrestre jusqu’à la compagnie de transport maritime va peut-être s’imposer. Celui-ci peut s’effectuer sur remorque ouverte ou fermée selon vos exigences, la distance … et votre budget. Pas évident de commander un tel transport terrestre quand on est à 8.000 km … là encore le consultant local habitué à travailler avec les compagnies de transport peut se révéler d’une aide précieuse. Attention aux propositions de conduire la voiture par la route jusqu’à la compagnie de transport maritime : la voiture est dorénavant à vous et il y a 99,9% de chances que vous ne l’ayez pas assurée sur le territoire américain ! Donc prudence et vérifications s’imposent avant de procéder ainsi. Ca serait ballot de la plier sur la route du port sans être assuré !

D) Le transport maritime :

Pour transporter votre nouvelle voiture jusqu’en France, il va falloir utiliser le bateau. Votre voiture va être embarquée dans un container et traverser la moitié de la planète sur un cargo. Vous pouvez démarcher vous même les compagnies de transport maritime pour comparer les prestations ou vous appuyer sur le consultant local qui va vous proposer son prestataire habituel.

39171.jpg

Il est important de préciser plusieurs points relatifs au transport maritime. Votre voiture va voyager dans un container. Ce dernier pourra être « individuel » (1 voiture par container) soit « partagé » (3 à 4 voitures par container). Les coûts et délais varient, il est facile de comprendre qu’il faut avoir 4 voitures ayant la même destination finale pour faire partir un container partagé. Ensuite, il est important de souscrire une assurance pour ce transport maritime. Il peut y avoir une détérioration à l’embarquement ou au débarquement, voire dans les cas extrêmes, une perte du container en cas de grosse tempête. Il convient donc de s’assurer que votre véhicule est correctement assuré contre tous ces aléas, les tarifs de base des transporteurs n’intègrent généralement pas ces options.

39172.jpg

Enfin, un container n’est pas un environnement confiné : un voyage de 6 à 8 semaines en mer va faire pénétrer de l’air salin dans le container. Certains prestataires offrent des prestations visant à protéger le véhicule de ces aléas : graissage des parties chromées, housse de protection, etc … là encore, toutes les prestations ne se valent pas et il faut toujours comparer des choses comparables !

39173.jpg

Les frais de transport maritime qui sont exigés au départ du véhicule et facturés par le prestataire américain comportent généralement les formalités douanières de sortie de territoire, l’inspection du véhicule pour l’assurance, l’empotage (installation dans le container) et le transport maritime à proprement parler, jusqu’au port de destination. Une fois en France (en général au Havre), des frais supplémentaires vont s’appliquer : frais de traction du container, frais de déchargement de la voiture (dépotage), frais de gestion administrative, frais de passage en douane, coûts de dédouanement (5,5% basés sur la valeur du véhicule + coût du transport), délivrance du certificat de dédouanement (846A). Une expertise est de plus en plus fréquemment effectuée à l’arrivée en France pour évacuer tous les litiges sur la valeur déclarée du véhicule. Là encore, si vous souhaitez pratiquer le « Do it yourself » il ne faudra pas oublier ces coûts pour calculer votre budget.

39180.jpg

E) La livraison du véhicule

Ca y est votre voiture est désormais au Havre, garée au sec dans un entrepôt et dédouanée. Si vous avez opté pour le « Do it yourself » vous pouvez aller la chercher et revenir avec … sur remorque. Il n’est plus possible de rouler en plaques étrangères en France. Vous pouvez toutefois faire établir des plaques provisoires, mais cela demande quand même du délai. Vous pouvez aussi la faire livrer devant chez vous par transporteur. Si vous avez sous-traité l’importation à un spécialiste de l’import, la voiture sera généralement livrée à son garage, révisée puis immatriculée avant de vous être délivrée.

39179.jpg

C’est aussi cela la notion de « service » d’un bon professionnel qui ne vous laissera pas prendre la route avec une voiture nécessitant des travaux.

F) L’immatriculation

Munis de la facture ou du reçu de vente, du certificat de dédouanement 846A, de l’ancienne carte grise US (TITLE), vous pouvez soit demander un certificat de conformité au constructeur (env. 180 euros) ou opter pour une immatriculation en collection via la FFVE. Le processus ne pose pas de difficulté particulière et a été maintes fois exposé sur notre site. Si la motorisation de votre voiture ne correspond pas à celle du modèle équivalent en France (cas de nombreuses Porsche depuis 1972, par ex.) inutile de demander le certificat de conformité au constructeur, il ne sera au mieux que partiel et vous devrez opter pour la CG Collection. A noter que pour obtenir la carte grise, vous devrez obtenir un contrôle technique « favorable » c’est à dire sans contre-visite. Comme évoqué au dessus, en cas de sous-traitance de l’importation, le professionnel spécialiste s’occupera de tout et vous livrera le véhicule immatriculé à votre nom.

A noter : le cas des répliques est plus complexe et elles peuvent se révéler compliquées à immatriculer, même en CG Collection, notamment dans le cas de modèles neufs ou reconstruits récemment car c’est l’année d’assemblage qui est prise en compte par la FFVE et non l’année du châssis…

Les différents professionnels de l’ importation sont à même de vous proposer tous les services décrits ci-dessus. Les modes de facturation varient de l’un à l’autre, du forfait global à la facturation poste par poste. Attention à bien choisir votre prestataire de service, tous n’ont pas forcément la même solidité financière…

 

process.png

Quelques repères sur la transparence des couts et des responsabilités :

Une société est responsable de tout ce qu’elle facture, même si elle fait appel à des sous-traitants. Par exemple, si une société d’import française vous facture des frais de recherche ou d’expertise aux USA, elle le fera probablement via à un tiers. Elle n’en reste pas moins 100% responsable si c’est elle qui vous facture cette prestation.

Dans d’autres cas, on vous proposera de régler directement au consultant américain ses prestations : expertise, sécurisation de la transaction, transport terrestre, … Dans ce cas, seul ce dernier est responsable vis à vis de vous de ses prestations. Ce consultant doit donc être sérieux, disposer d’une expérience reconnue, d’une licence l’autorisant à effectuer des transactions automobiles et disposer d’une enseigne commerciale. Attention aux « consultants » sortis du chapeau du jour au lendemain…

Une constante : tout appel de fonds doit faire l’objet d’une facture ou d’une note d’honoraires détaillant la prestation facturée de la part de la personne ayant reçu les fonds et correspondre à des prestations tangibles.

Exemple : si vous versez la somme pour l’achat à la société A, la société A doit vous faire une facture du montant correspondant. Si vous versez la somme pour l’achat au consultant B, le consultant B doit vous faire une facture du montant correspondant. Si vous versez la somme pour l’achat au vendeur C, c’est le vendeur C qui doit faire une facture à votre nom. Si on vous facture une expertise cette dernière doit s’accompagner d’un véritable rapport d’expertise, d’un certain nombre de photos des points clé, etc …

Dans les cas des forfaits englobant tout, même si les montants ne sont pas détaillés, la facture doit détailler ce que comprend le forfait : transport maritime, assurance, dépotage, expertise, frais administratifs, frais de dédouanement, révision, etc …

L’opacité engendre les doutes et la suspicion, alors que la transparence génère de la confiance…

Le but, quand on fait appel à un pro, c’est de sécuriser son projet. Ca veut donc dire que tous les frais et les conditions sont connus dès le départ dans ses conditions de vente, le bon de commande ou le contrat que vous passez avec lui…

Dernier point. C’est triste à dire mais avec Internet, n’importe qui peut se proclamer « importateur » de véhicules. Avant de confier le projet de vos rêves (et votre argent) à quiconque, vérifiez la réalité de sa société, sa surface d’activité, l’épaisseur de ses prestations, l’historique de son gérant, le sérieux de ses propos et pourquoi pas lui rendre une petite visite pour voir l’ambiance de son garage !